Régions, retour sur une première nuit de débats …

Cette nuit je suis intervenu lors de la discussion générale sur l’article 1 du projet de loi de la délimitation des régions. J’ai rappelé ma position favorable à une union de l’Alsace et de la Lorraine.  J’ai exprimé mon regret devant l’acharnement de mes collègues UMP alsaciens à revendiquer une Alsace seule. Cet acharnement a eu pour effet d’affaiblir la position de ceux qui militaient pour l’Alsace-Lorraine, dont le président de la Région Alsace lui-même, qui s’est ravisé ensuite et a contribué à alimenter un sentiment identitaire.

Quelle que soit la décision collective de l’Assemblée nationale, il ne faut à mon sens pas insulter l’avenir. Il nous faudra travailler ensemble pour le bien commun, celui des alsaciens, celui des lorrains, sans doute des champenois-ardennais, et en tout état de cause pour le bien des français.

Certaines craintes sont de mon point de vue légitimes. Il y a deux façons de réagir face à ces inquiétudes: soit on les attise, de manière démagogique, soit on y apporte des réponses. Pour ma part je préfère la seconde solution. C’est dans cet esprit que j’ai fait une proposition concrète : si nos deux départements de l’Alsace sont conduits à intégrer une grande région chargée du développement économique et de l’aménagement du territoire, nous pourrons construire les solidarités territoriales en un département unique issu de la fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Ce nouveau département pourra s’appeler « Alsace ».

Je vous laisse par ailleurs juger de l’attitude de certains députés UMP alsaciens lors de mon intervention. Cette attitude n’est à mon sens pas digne d’un débat serein dans l’enceinte qui accueille la représentation nationale.


14/11/18 Philippe Bies – Réforme territoriale par philstrasbourg

0
mercredi 19 novembre 2014 posté par philippe Bies dans Actualités

Laisser une réponse