Conseil de l’Europe : j’ai été nommé rapporteur sur les migrations forcées

Conseil de l’Europe : j’ai été nommé rapporteur sur les migrations forcées

J’ai été nommé rapporteur sur le rapport « Les migrations forcées : un nouvel enjeu » par la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

En 2012, les déplacements de populations ont concerné plus de 45,2 millions de personnes*. Si la guerre constitue la première cause de ces mouvements migratoires, en constante augmentation, elle n’est de loin pas l’unique raison. Pourtant, seul le statut de réfugié ouvre la possibilité d’une protection internationale à des personnes déplacées. Cette définition fondée sur la persécution ou sa crainte ne couvre pas aujourd’hui un nombre grandissant de cas.

Ces migrations forcées sont en majorité le fruit de nouvelles causes : catastrophes naturelles, environnementales et chimiques, conséquences du changement climatique, insécurité alimentaire,  politiques et projets pour le développement (grands aménagements urbains, routes, aéroports, ports, …).

L’évolution de la nature des déplacements des migrants et leurs caractères contraints doivent être pris en compte. La pression migratoire grandissante à laquelle devrait être soumis le continent européen et donc les Etats membres du Conseil de l’Europe doit être anticipée pour mieux appréhender les évolutions des législations nationales  nécessaires.

Après ma participation à l’observation des élections présidentielles en Azerbaïdjan en octobre dernier, cette nomination est pour moi l’occasion de poursuivre mon investissement dans les travaux de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

* source : Rapport statistique annuel publié en juin 2013 par le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés

0
jeudi 10 avril 2014 posté par philippe Bies dans Actualités, Conseil de l’Europe, Europe, Presse

Laisser une réponse