Adoption de la proposition de loi de lutte contre le système prostitutionnel

Comme toutes les questions de société, celle relative à la prostitution dépasse les clivages partisans traditionnels. Le résultat du vote de l’Assemblée Nationale (268 députés ont voté pour, 138 députés ont voté contre et 79 députés se sont abstenus) en est la preuve.

Je suis évidemment conscient que cette loi ne supprimera pas la prostitution. Ce n’est d’ailleurs pas, contrairement à certaines allégations, son objectif.

Cette proposition de loi vise à renforcer les moyens de lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle. Il vise aussi à mettre en place une prévention plus efficace du recours à la prostitution, notamment par l’information sur la marchandisation des corps au sein de l’éducation à la sexualité au lycée.

Plutôt que de punir les femmes, majoritairement victimes du système prostitutionnel, cette loi procède de la volonté de responsabiliser les clients, de l’inverser de la charge, par le biais du remplacement du délit de racolage sanctionnant la prostituée, par une « interdiction d’achat d’un acte sexuel » sanctionnant désormais le client par une contravention.

On peut également se satisfaire de l’enrichissement de la proposition de loi lors des travaux parlementaires, en particulier dans le développement d’un parcours de sortie pour les personnes prostituées, par la création d’un fonds pour la prévention de la prostitution ou encore dans la reconnaissance de la vulnérabilité des personnes prostituées en cas de violences sexuelles.

Pour autant, si ce texte constitue indéniablement une avancée majeure dans la lutte contre le système prostitutionnel, nous avons également conscience de ses limites. Nous devrons nous assurer que la pénalisation du client ne devienne pas un facteur de développement d’une prostitution clandestine contre laquelle il serait d’autant plus complexe de lutter.

0
mercredi 4 décembre 2013 posté par philippe Bies dans Actualités, Assemblée Nationale, Lois

Laisser une réponse