L’Assemblée vote la refondation de l’école

photoécoleAprès cinq jours et 54 heures de débat, l’Assemblée nationale a voté en première lecture le texte portant sur la refondation de l’école avec 320 voix pour, 227 contre. C’est un projet fédérateur autour de la défense de l’école de républicaine.

La force de ce projet de loi est d’apporter des réponses pragmatiques et mesurées aux difficultés structurelles de l’école de la République. La loi signe un retour aux fondamentaux, synonyme de redressement pour une école en perte de vitesse.

On sanctuarise les moyens humains et financiers en refusant l’éducation au rabais. On forme les enseignants via les nouvelles structures que sont les ESPE. On s’attaque aux racines de l’échec scolaire en concentrant les efforts sur le primaire et en réorganisant les savoirs. Le dispositif « plus de maitres que de classes » est le symbole de cet effort inédit notamment dans les quartiers populaires.

Les parlementaires du groupe majoritaire ont profondément nourri le texte du gouvernement avec plusieurs amendements. Ainsi, le texte s’est enrichi de l’introduction de l’éducation à la santé, l’éducation à la parité dès la maternelle, l’amélioration de l’accueil des élèves handicapé, la généralisation des passerelles entre maternelle/primaire et primaire/collège ou encore le rééquilibrage des moyens en faveur de l’éducation prioritaire.

Dans la circonscription, les élèves de l’école élémentaire Robert Schuman, où je me suis rendu cette semaine, participent depuis peu à l’opération « Le Parlement des enfants ». Elle réunit chaque année, depuis 1994, 577 enfants élus par leurs camarades de classe pour représenter l’ensemble des circonscriptions législatives de métropole, d’outre-mer et des Français établis hors de France. C’est une éducation civique concrète, un des fondements aussi de la nouvelle école que nous pourrons reconstruire grâce à cette loi.

0
mercredi 20 mars 2013 posté par philippe Bies dans Actualités, Bourse - Esplanade - Krutenau, En circonscription, Lois

Laisser une réponse