La solidarité européenne unique réponse à la pression migratoire que connaissent les pays européens sur les rives de la méditerranée

Jeudi 24 janvier je suis intervenu dans le cadre de la première partie de la session ordinaire 2013 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe dans le débat portant sur la résolution et la recommandation de Mme Strik  Asile et immigration:  montée des tensions à l’Est de la méditerranée


Intervention de Philippe Bies à l’Assemblée… par philstrasbourg

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Je voudrais tout d’abord remercier Mme STRIK pour son rapport que nous devons entendre comme un message d’alerte.

D’un côté, une population qui subit violemment et durement une crise économique, de l’autre des migrants, des réfugiés et une organisation politique qui n’a pour unique programme l’agitation et la haine. C’est un cocktail que nous connaissons, hélas, que trop bien sur notre continent !

Jamais, une réponse nationale n’a pu relever un tel défi.

Et pourtant à chaque fois, le réflexe, c’est le nationalisme !

Pour observer cela, nul besoin d’aller jusqu’en Méditerranée. Nous sommes tous concernés. Chacun dans nos pays, nous avons des exemples précis qui nous viennent en tête. Pour ma part, je me souviens il y a quelques mois qu’un Président sortant envisageait de suspendre la participation de la France aux accords de Schengen.

C’est pourtant bien l’inverse qu’il s’agit de mettre en oeuvre !

Quoi que l’on puisse penser dans nos pays respectifs, pour nos voisins, l’Europe est attractive ! Cette attractivité, nous la voulons, nous la revendiquons même ! Mais nous refusons de  l’assumer ensemble.

Face à la crise économique et financière qui a failli sortir la Grèce de la zone euro, il n’y avait qu’une réponse possible : la solidarité européenne.

Face à la pression migratoire que connaît l’ensemble des pays européens situés sur les rives de la Méditerranée et principalement la Grèce et la Turquie, une seule réponse est possible là aussi : la solidarité européenne.

Cette solidarité, nous devons la construire avec ambition mais aussi au regard des évolutions démographiques que connaîtra l’Europe au cours des prochaines décennies.

Je partage le point de vue selon lequel, envisager la politique migratoire qu’à travers le prisme des contrôles des frontières nous amènera qu’à déplacer systématiquement la pression migratoire d’une frontière à l’autre.

Répartir l’accueil et le traitement des flux migratoires arrivant aux frontières extérieures de l’Europe entre Etats européen peut paraitre ambitieux. C’est cependant, aujourd’hui, une nécessité.

Face à ce constat, le Conseil de l’Europe et plus précisément notre Assemblée a un rôle majeur à jouer. Favoriser la prise de conscience des Etats membres et de l’Union Européenne  pour qu’une véritable politique migratoire européenne commune voit le jour. C’est le sens de cette résolution et de cette recommandation. Mais aussi, face aux évolutions démographiques, il me semblerait pertinent de valoriser les aspects bénéfiques et nécessaires des migrations pour l’Europe du point vue économique et culturel.

 

0
vendredi 25 janvier 2013 posté par philippe Bies dans Actualités, Archives, Assemblée Nationale, Conseil de l’Europe, Europe, Interventions, Presse, Vidéos

Laisser une réponse