Répondre à l’urgence et refonder l’école de la République

Le Président de la République et le Premier Ministre ont confié à Vincent Peillon, Ministre de l’Education, la mission de travailler à la refondation de l’école de la République, priorité pour le quinquennat. En cette rentrée, je souhaitais faire un point sur cette question et rappeler les mesures que le nouveau Gouvernement a déjà prises pour redonner à l’éducation nationale les moyens de son action.

Après des années de suppressions massives de postes – plus de 77000 au total depuis 2007, dont 14000 au titre de la loi de finances initiale pour 2012 – et la multiplication d’expériences pédagogiques et éducatives hasardeuses, il était grand temps d’inverser la tendance.

Le Ministre de l’éducation a lancé une vaste concertation réunissant tous les acteurs et partenaires de l’école (www.refondonslecole.gouv.fr). Ils remettront au début de l’automne un diagnostic et des pistes d’actions qui permettront au gouvernement de déposer dans la foulée, au parlement un projet de loi d’orientation et de programmation. Je participerai localement au travail qui sera mené sous l’égide du rectorat.

Dans l’attente de cette refondation de l’école de la République, des mesures d’urgence ont été prises et notre académie en a bénéficié.
C’est concrètement l’ouverture de 89,5 millions d’euros de crédits supplémentaires. 1000 postes supplémentaires au niveau national de professeurs des écoles, dont 15 postes dans notre académie. Le second degré n’a pas non plus été oublié avec 100 postes de conseillers principaux d’éducation (CPE) en plus dont 4 dans notre académie et 280 postes de professeurs certifiés.
Par ailleurs, l’encadrement des élèves sera renforcé grâce à l’embauche de 2000 assistants d’éducation dont 64 dans notre académie, ou encore 1500 auxiliaires de vie scolaire chargés de l’accompagnement individuel des élèves et 2100 chargés d’accompagner les élèves handicapés. Notre académie bénéficiera de 34 postes.

Enfin, il faut également citer deux mesures destinés à améliorer la prochaine rentrée. D’abord, pour ce qui concerne la formation des enseignants mise à mal depuis deux ans, des mesures d’aménagement de services seront mises en place pour 6000 professeurs des écoles et 10000 professeurs du second degré. Ce dispositif touchera également 2100 enseignants de l’enseignement privé. En second lieu et afin d’alléger le poids financier de la rentrée pour les familles, l’allocation de rentrée scolaire (ARS) est revalorisée de 25% !

Toutes ces mesures d’urgence répondent à un réel besoin et ne sont que le début d’une refondation de notre école pour permettre à chaque enfant d’avoir les mêmes possibilités de se construire et de s’émanciper !

A tous les enfants et parents de la circonscription, je souhaite donc une bonne rentrée scolaire!

1
vendredi 31 août 2012 posté par philippe Bies dans Actualités, Assemblée Nationale, Lois

1 Réponse à “Répondre à l’urgence et refonder l’école de la République”

  1. YVARS Christophe dit :

    C’est l’aube du changement, mais depuis le Charles de Gaulle l’âge obligatoire pour poursuivre l’instruction est fixé à 16 ans. Ne doit-on pas impulser au moins 18 ans ?

    Christophe YVARS.
    Etudiant en Droit.

Laisser une réponse