Urbanisation du Bruckhof à Neudorf : ma réponse à l’UMP

Vous avez souhaité interpeller une nouvelle fois le maire au sujet du projet du Bruckhof

Vous devez sans doute vous rappeler que ce projet a été initié en 2006 par la ville de Strasbourg et que c’est vous qui avez choisi en 2007 les lauréats du concours organisé à l’époque.

Il me semble d’ailleurs intéressant de comparer le projet lauréat avec celui qui est actuellement en cours de réalisation. Et comme les images sont souvent plus parlantes que des longs discours je demande qu’on projette à l’écran les plans masse de 2007 et celui de 2012.

Vous pouvez constater, comme l’ensemble des collègues, qu’il est difficile de prime abord de percevoir une différence substantielle. En réalité, le plan masse n’a quasiment pas bougé, même si nous sommes passés de 32 500 à 39 000 m² de SHON. En moyenne il y a simplement un étage supplémentaire sur chaque immeuble. J’observe que cette augmentation de la densité (+16%) reste très inférieure à la proposition de Nicolas Sarkozy d’augmenter la constructibilité de tous les terrains de 30%. J’imagine, Madame la Sénatrice, que comme les parlementaires socialistes vous vous opposerez vigoureusement à ce projet de loi lors de sa prochaine discussion au sein de la Haute Assemblée.

Le projet comporte en cœur d’îlot des espaces verts permettant le développement de grands arbres et d’espace de natures de proximité. C’est justement le resserrement des immeubles sur une plus grande hauteur, mais qui reste dans le gabarit des immeubles existants de l’avenue Aristide Briand, qui permet de limiter les emprises bâties et de développer ces cœurs d’ilot. Ainsi, dans l’Ilot Nord, 53% de la parcelle est construite, 44 % pour l’ilot Sud. Soit sur l’ensemble du Bruckhof seulement 49 % du terrain est construit, c’est tout simplement moins de la moitié ! On est loin du « remplissage forcené du terrain » pour reprendre vos propos.

Certains logements en rez-de-chaussée vers le cœur d’ilot disposent de jardins privatifs. Concernant les vis-à-vis, les plus courts sont d’environ 12 mètres entre deux immeubles au Sud du projet, mais on est le plus souvent au-delà de 15 mètres de distances entre les façades, ce qui est là aussi quelque chose de classique en cœur de ville ou au Neudorf. Ces espaces ne demandent qu’à être animé et appropriés par les futurs habitants du quartier qui pourront s’y détendre. J’ajouterai, sans entrer dans les détails, que nous avons imposé aux promoteurs une amélioration sensible de la qualité et de la performance énergétique des bâtiments construits.

En matière d’espace public il ne faut pas quand on est de bonne foi limiter son propos ou sa réflexion à la seule emprise en cours de réalisation. Ainsi, je tiens à rappeler l’aménagement de la promenade des Berges du Ziegelwasser, qui a été réalisé par la ville et qui vient accompagner ce projet de construction du nouveau morceau de quartier. Ce projet de promenade « écologique » de 60 ares a été passé au crible d’un « calculateur carbone », permettant d’évaluer et de comparer les émissions de CO2 respectives de chacune de ses options techniques : choix des matériaux et du mobilier, revêtement de sols, choix des plantations, etc. C’est un aménagement très apprécié et aussi un lieu de rencontre entre les générations et de valorisation de la biodiversité.

Concernant l’organisation de la circulation permettez moi une nouvelle fois d’être étonné que vous posiez ce type de question aussi tardivement, alors que vous avez initié ce projet. Compte tenu des responsabilités qui ont été les vôtres ici même, vous n’êtes ainsi pas sans ignorer qu’avant de lancer une telle opération des études de circulation sont réalisées.

La encore, la configuration n’a pas changé par rapport au concours de 2006, que vous aviez initié. La création de la rue de Bucarest permet de soulager le carrefour Briand/Avenue du Rhin en utilisant un nouveau carrefour au droit de la rue de Budapest. Les études de circulation ont démontré que cela fonctionne. Celles qui ont été réalisées en 2011 et qui intègrent les données de l’extension de la ligne D du tramway et de l’urbanisation de Citadelle, ont confirmé le fonctionnement de ce carrefour qui quoi qu’il arrive restera moins compliqué que celui que subissent les Neudorfois au croisement des rues du Landsberg, de Rathsamhausen et de l’Avenue Jean Jaurès. Des réunions de concertation avec les riverains nous ont d’ailleurs permis de rentrer dans le détail des choses. D’autres concernant l’extension de la ligne D suivront dans les mois à venir.

Concernant l’offre en stationnement. Il est à noter que le terrain ne permettait pas d’accueillir plus de places sur un seul niveau de sous-sol. La création d’un deuxième niveau de sous-sol implique des surcouts constructifs prohibitifs, notamment pour les logements sociaux qui d’ailleurs étaient absents du projet initial, tout comme les 2 résidences étudiantes.

Cela étant, les règles du Plan d’Occupation des Sols impliquaient que soient réalisées 285 places de stationnement (étant entendu par exemple que pour les résidences étudiantes la norme est d’une place pour 10 studios). Le projet actuel en comporte très exactement 379, soit 25% de plus. Avec une station de tramway en proximité immédiate du quartier, cela paraît raisonnable.

Je conclurai en remarquant que votre interpellation est en tout point similaire à celle d’une association du quartier de Neudorf réputée proche de l’UMP. J’y vois là au mieux une simple coïncidence ou, et c’est le plus probable, la volonté délibérée d’exploiter de façon politicienne l’inquiétude légitime d’une partie de nos concitoyens effrayés par la masse de béton visible à ce stade du chantier.

Pour conclure mon propos et nous projeter vers un avenir proche, je souhaite vous montrer une image du projet quand il sera achevé. Vous constaterez, au-delà du regard forcement subjectif que nous pouvons porter els uns et els autres, que cela n’a rien à voir avec ce que nous observons actuellement en phase chantier. Vous voyez notamment au 1er plan le dernier élément de programme qui sera un hôtel IBIS Budget, en lieu et place des 4000 m2 de bureaux initialement prévus.

mardi 21 février 2012 posté par philippe Bies dans Actualités, En circonscription, Habitat + Logement, Neudorf

4 Réponses à “Urbanisation du Bruckhof à Neudorf : ma réponse à l’UMP”

  1. BARONDEAU dit :

    Monsieur d’Adjoint au Maire,

    Par le biais de l’accession sociale à la propriété, je vais aménager au Bruckhof, dès finition du chantier.

    Cependant, je me permets de vous interpeler quant à la circulation des poids lourds Route du Rhin.

    En effet, l’interdiction du transit des poids lourds Route du Rhin a été un des critères qui m’ont décidé à choisir ce site.

    Toutefois, je constate que malgré cette interdiction (depuis septembre 2011, me semble-t-il), le flux des PL n’a pas régressé.

    Je pense qu’il serait judicieux de rappeler de manière forte (police, PV etc.) aux PL qu’ils ne sont pas les bienvenus et qu’il existe un contournement.

    J’espère que cette problématique aura disparue lors de mon aménagement, grâce à vous.

    Avec mes remerciements anticipés pour votre diligence, je vous prie d’agréer, Monsieur l’Adjoint au Maire, mes salutarions les meilleures.

    Laurence BARONDEAU
    4, rue Pestalozzi
    67000 STRASBOURG

  2. Steph dit :

    Je pense qu’il faut arrêter de stigmatiser l’évolution du quartier de Neudorf en parlant sans cesse de  »bétonisation ». Le quartier évolue à l’image de l’ensemble de l’agglomération Strasbourgeoise. Les besoins en termes de logements sont incontestables. On ne peut pas habiter des rues historiques de quartier, structurées d’habitations relativement basses, et rêver malhonnêtement qu’une cité peut évoluer sur la base du même patron. Les besoins évoluent, l’architecture évolue. L’ensemble, comtemporain, me semble cohérent et non dénué de charme. Evidemment, un chantier, quel que soit son ampleur n’est jamais très attrayant et flatteur pour l’oeil. Il est nécessaire me semble t il d’attendre son aboutissement avant de formuler un avis. Les revêtements, les aménagements, les espaces verts, métamorphosent l’aspect brut des projets. L’évolution du quartier profitera à l’économie sectorielle et au commerce de proximité. Malgré les problèmes liés au stationnement, à la circulation, je suis heureux de résider sur Neudorf et j’ose espérer que Neudorf continuera à évoluer en quartier d’avenir. Je crois qu’il faut aussi savoir réagir aux critiques quasi quotidiennes que l’on peut lire au sein de la presse locale et qui ne reflète peut être pas forcément l’état d’esprit et le ressenti d’une majorité, qui elle, est toujours silencieuse et se plaît dans le Neudorf historique mais aussi dans ses nouvelles franges. Neudorf, c’est Strasbourg, Strasbourg est une ville, avec ses contraites mais aussi avec tous les avantages qu’elle peut offrir à ses habitants.

  3. A Parmentier dit :

    Bonjour,

    Je suis dans la même situation que Mme Barondeau et partage ses remarques. Le réaménagement de la route du Rhin en boulevard urbain et l’interdiction du transit des PL est une excellente initiative, mais il faut que la loi y soit appliquée, sans quoi la totalité du nouveau quartier sera mise en danger. Le fait que plusieurs éco-quartiers vont s’y situer ne fait que renforcer cette nécessité.

    Meilleures salutations.

  4. Alexandre dit :

    « Les besoins évoluent, l’architecture évolue. L’ensemble, comtemporain, me semble cohérent et non dénué de charme »

    On croit rêver quand on lit ça, où est l’évolution de l’architecture dans ce projet ? Ce projet n’a rien de contemporain, quand on passe devant on croirait passer devant une cité HLM des années 60, même le quartier de Hautepierre est plus recherché architecturalement (au niveau des façades), c’est juste inadmissible de construire ce genre d’immeuble en 2012, et ça ne va pas aller en s’améliorant quand on voit les futurs programmes qui vont sortir de terre, tel le « Citadéo » une belle barre HLM années 70 façade blanche sans aucun traitement particulier, le programme « Aristide Briand » pareil, façade complètement fade et blanche (Vous êtes allergique à la couleur ?), si les élus croîent construire de l’architecture de demain, sachez que vous vous trompez, (suffit de voir les réactions sur les forums d’urbanisme consacré à Strasbourg, strictement aucun avis positif) et que vous enlaidissez notre si belle ville par ce genre de programme, c’est franchement à pleurer quand on regarde la qualité de l’architecture contemporaine du côté de Oslo en Norvège, de Hambourg ou encore des condos nord-américaine, là on a du logement de qualité respectueux de ces citoyens.

    Citadéo => http://www.peterson.fr/medias/apollo/programme/1026/vue-balcon.jpg
    Arisitude Briand => http://www.mw-architectes.fr/files/gimgs/13_perspective-sur-rue.jpg

    C’est de l’architecture ça ? On est en quelle année ? 1971 ? Ou en 2012 ? Faudrait que nos élus sortent un peu de Strasbourg voir comment l’architecture a évolué depuis. Surtout s’ils comptent faire de l’avenue du rhin « la plus belle avenue de Strasbourg »…

    On pourrait aussi parler du heyritz dont la qualité architectural du projet a fortement baissé, suffit de voir les premiers rendus sur le site de l’architecte « Anthony Béchu » présentant de beau immeuble raffiné, en couleur, et qui subitement quelques mois après, ont vu leur traitement des façades fortement diminués alors même que le prix y approche les +3500€ le m², une qualité à la baisse pour satisfaire les promoteurs immobiliers assoiffés d’argent je suppose ? Et évidemment la ville a laissé passer ça, priorité aux promoteurs, les habitants seulement ensuite.

    Cordialement.

Laisser une réponse