Déneigement : Et si on disait la vérité aux citoyens ?

Je publie ici la tribune de Jacque BIGOT, Président de la Communauté Urbaine de Strasbourg, parue ce matin dans les DNA

« L’épisode hivernal que nous venons de traverser aura donné lieu à une concurrence de démagogie politicienne aussi basse que les températures de ces dernières semaines.

Rarement le « ya qu’à faut qu’on » aura été poussé aussi loin. Les uns demandent à la CUS de s’équiper comme à Montréal (où la neige persiste six mois dans l’année), et d’autres font de bons mots galvaudés sur un registre volontiers populiste, tout imbus de leur certitude et de leur arrogance.

Alors certes, je ne vais pas dresser un portrait idyllique du territoire de la CUS pendant cet épisode hivernal exceptionnel. Oui, il y a eu des rues et des trottoirs sur lesquels il était très difficile de circuler. Oui, la CUS s’est mobilisée de toutes ses forces pour réduire les contraintes liées à cet épisode de froid. Plus de 6000 tonnes de sel ont été versées sur les chaussées au tiers de la saison hivernale, quant on en déverse en moyenne 3000 tonnes sur une saison entière. Oui, plus de 150 agents ont été mobilisés sur le terrain les week-ends de Noël et de Nouvel an, à un moment où les donneurs de leçons réveillonnaient bien au chaud.

Certains prétendent que je suis un élu atypique. Si refuser de céder à la démagogie, si considérer obstinément que les citoyens sont des adultes et non pas des créatures manipulables avec de bons mots, si vouloir dire la vérité même quand elle est complexe plutôt que faire des raccourcis mensongers, si tout cela paraît atypique dans l’exercice d’un mandat d’élu, alors oui, je revendique ce caractère atypique.

La politique ne sort pas grandie des propos tenus par tel ou tel opposant. Et si on disait la vérité aux citoyens ? La vérité, c’est qu’il y a eu des conditions climatiques exceptionnelles et que les pouvoirs publics quels qu’ils soient n’ont pas les moyens de répondre à ces événements avec une efficacité telle qu’il n’y aurait pas eu de gène. L’impact de la neige sur les voiries n’est ni de droite ni de gauche. D’ailleurs, Robert Grossmann, alors président de la CUS, expliquait lui-même les limites des interventions de la CUS lors de l’épisode neigeux de 2007, pourtant sensiblement moins important que celui-ci.

La CUS aura fait du mieux possible. Elle tirera profit de cette expérience pour affiner encore ses modes d’intervention, tout en sachant qu’il faudra toujours conserver une certaine humilité face aux événements naturels.

Choisir un bouc émissaire pour espérer briller est une pratique résolument inverse à ma vision de la responsabilité politique.

Et je persisterai ; car je crois que l’on peut être un responsable politique et dire la vérité aux citoyens. »

Jacques BIGOT

samedi 8 janvier 2011 posté par philippe Bies dans Actualités

3 Réponses à “Déneigement : Et si on disait la vérité aux citoyens ?”

  1. Juan dit :

    je ne voudrais rentrer dans aucune polémique.
    mais les priorités en ce qui concerne le déneigement devrait être discuté avant sachant que cela a un coût.
    Pas simple à gèrer…
    Perso j’avais l’impression que peu a été fait par rapport à l’impression que j’avais dans le passé.

  2. Yann67 dit :

    "La CUS aura fait du mieux possible",

    J’aurais tendance à dire: la CUS aura fait du mieux qu’elle peut!……(nuance).

  3. MARTIN Christiane dit :

    Bravo pour cet excellent article !
    Il ne faut pas oublier aussi que si chaque habitants avait nettoyé devant sa porte, les trottoirs auraient été plus propres….

Laisser une réponse