Logement : Mobiliser tous les acteurs (texte paru dans les DNA de ce jour)

L’instauration de la Taxe d’Habitation sur les Logements Vacants à Strasbourg a donné lieu à l’ouverture d’un débat public. Cette mesure n’est cependant qu’un élément de la politique de l’’Habitat mise en œuvre par la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg. En effet, avant même la crise économique qui touche particulièrement le secteur de l’immobilier nous avions fait le choix avec Roland RIES et Jacques BIGOT de faire du logement une priorité politique et budgétaire.

 

Le PLH (Programme Local de l’Habitat) élaboré avec l’ensemble des acteurs concernés et adopté en  novembre dernier fixe un plan d’actions volontariste doté d’un budget conséquent et en augmentation régulière (+ 25% en 2009, + 12% en 2010) et malgré des aides de l’Etat qui sont hélas inversement proportionnelles aux annonces du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Notre action s’appuie sur un soutien exceptionnel de la collectivité à la réhabilitation et au développement du logement aidé. Dès 2008 la production de logement social a été multiplié par 2 au regard des années précédentes. En 2009 nous avons atteint les 2000 logements aidés programmés, soit davantage que l’objectif de 1500 que nous nous étions fixés.

 

Parce la situation l’exigeait, nous avons souhaité soutenir très fortement le parc privé qui ne relève pourtant pas directement de la collectivité. Le budget consacré à ce secteur a augmenté de 112% depuis 2008.

 

Ainsi dès 2009, en lien avec l’ANAH (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat) nous avons mis en place des mesures d’aides financières aux propriétaires bailleurs qui souhaitent réaliser des travaux. Désormais, sous certaines conditions, un propriétaire bailleur peut cumuler jusqu’à 80% de subvention pour la réhabilitation d’un logement. Ce programme très incitatif, vise à sortir un maximum de logements de la vacance, à maîtriser les loyers tout en luttant contre l’habitat indigne. Le succès de sa 1ere année de mise en œuvre prouve qu’il répond aux attentes des propriétaires privés.

 

Toujours en 2009, nous avons décidé de mettre en place un dispositif permettant de rassurer et sécuriser les propriétaires bailleurs : la Garantie des Risques Locatifs (GRL). En échange d’une location à des ménages modestes, cette assurance garantit au propriétaire loyer et charges en cas d’impayé et le coût des travaux en cas de détérioration volontaire par le locataire. Le coût est alors pris en charge par la CUS sur l’ensemble de son territoire. Les propriétaires peuvent également bénéficier de la gestion du recouvrement ainsi que de la prise en charge des frais d’accompagnement juridique. Enfin, un traitement social adapté pour les locataires en cas de difficultés est prévu, qui sécurise les propriétaires.

 

 

La Taxe d’Habitation sur les Logements Vacants (THLV) s’inscrit dans ce dispositif global de mobilisation du parc privé. Ne pas l’admettre serait regarder la question du logement par le petit bout de la lorgnette. Le nombre de logements potentiellement concernés par la THLV a été évalué sur la base du fichier « logements vacants 2008 » transmis par la Direction générale des impôts. L’instauration de cette taxe n’a pas pour objectif premier la recherche d’une ressource supplémentaire ou la stigmatisation des propriétaires, mais bien la remise sur le marché des logements concernés. A ce titre, chacun des propriétaires concernés se verra adresser un courrier l’informant des différents outils à sa disposition pour remettre son bien en location.

 

 

La collectivité montre d’ailleurs l’exemple en mobilisant son propre patrimoine. Ainsi le dernier Conseil Municipal a approuvé la création de 55 places en hébergement d’urgence et l’humanisation de 53 autres par la mise à disposition d’immeubles municipaux à des bailleurs sociaux. Dès le mois de mars prochain ce ne sont pas moins d’une dizaine d’immeubles de la ville (principalement situés dans le centre et dont certains sont vacants) qui seront proposés à la vente à des bailleurs sociaux.

 

Seule cette mobilisation de tous les acteurs, publics et privés, à travers une politique volontariste et pragmatique est de nature à enrayer la crise du logement dans notre agglomération. Le défi est immense mais la dynamique est lancée.

0
mercredi 17 février 2010 posté par philippe Bies dans Actualités, Habitat + Logement

Laisser une réponse