Plus de 180 personnes ont assisté samedi dernier au Forum sur le Projet de Rénovation Urbaine du Neuhof (DNA du 23 mars 2009)

Le forum de la rénovation urbaine au Neuhof a montré samedi que les habitants, conscients des changements en cours, veulent être mieux informés, faire entendre leur voix et prendre part à la transformation de leur quartier.

La dame au premier rang, se lève avec un sourire : « Ah, c’est formidable ! Quelle ambiance ! On a parlé, discuté… Rien à voir avec les premières concertations… » Ah bon ! « Oui, quand ont commencé les rencontres de concertation, il y a cinq ans, les gens se disputaient ; entre ceux du Stockfeld et ceux de la cité, c’était impossible. » Puis, de réunion en rencontre, au fil des ans, les tensions sont retombées, résume la dame. Et aujourd’hui, « on discute normalement ».

Il y a de la chaleur,
au Neuhof

 Une autre remarque, après une journée entière de ce forum du Neuhof. Elle vient de Michèle Bardot, ardente militante de l’association Agate. « Quand même, il y a des aspects positifs. On se connaît, on s’engueule parfois, mais c’est un village. Il y a de la chaleur au Neuhof. »
 Durant cette journée de rencontre, au foyer du jeune travailleur, les reproches ont fusé. On a vidé son sac. Philippe Bies, vice-président de la CUS chargé de la rénovation urbaine, et Annick Neff, adjointe de quartier, ont pu dresser la liste des doléances. Et il y en a… Mais on a senti qu’un certain sentiment de solidarité neuhofoise commence à se dessiner.
 Par exemple, quand Patrick Roger, l’un des assureurs qui s’est installé l’an dernier au 20, avenue du Neuhof, raconte comment il vit sa nouvelle implantation. « On va prendre nos repas chez Mosaïque. On a embauché des gens du quartier. On a commencé des parrainages avec des jeunes et de moins jeunes entrepreneurs… » Ce forum lui a fait rencontrer des sportifs en quête de sponsors. Voilà une coopération qui prend forme. Les gens l’applaudissent.
 Le Neuhof est en train de se débarrasser de la vieille image de grisaille qui lui collait à la peau. Ce n’est pas encore fait, mais les prémices sont là. Johan Maubrun, de l’Oriv (Observatoire régional de l’intégration et de la ville) a constaté que les gens percevaient favorablement les changements en cours. Le tram bien sûr et les autres opérations. Mais ce n’est pas encore assez. « Ils sont en attente d’autre chose. »
 Devenir un quartier de Strasbourg comme les autres. C’est cette attente que la concertation actuelle vise à combler. C’est l’ambition affichée de Philippe Bies et d’Annick Neff. Des priorités ont été définies. On a vingt fois entendu les noms de Hautefort, Nontron, Solignac, Aviateurs, un peu moins souvent Ballersdorf (où les opérations sont en cours), mais aussi Stockfeld… Les deux élus ont annoncé les prochaines réunions de concertation en avril, mai et juin, qui balaient « les » Neuhof… car il y a autant de quartiers Neuhof que de blocs d’immeubles.

Polygone : ça va bouger
prochainement

 Ce qui a frappé les observateurs, c’est la participation importante des gens du secteur, associations, forces vives, mais aussi particuliers. Murielle Maffessoli, directrice de l’Oriv, a relevé « la demande très forte des habitants d’être informés sur les travaux », ce qui manifeste leur investissement dans la vie du quartier.
 Julien Mattéi, directeur du projet de rénovation urbaine, a remarqué la même « demande de reconnaissance » chez les habitants du secteur Polygone, qui se croient parfois les plus oubliés. Pourtant, là aussi, ça va bouger prochainement.
 On a l’impression que le Neuhof, après avoir étalé ses plaies, ses bosses et ses misères, veut décoller cette vieille image et devenir enfin autre chose… Un quartier de Strasbourg, comme les autres.

Roger Wiltz

Édition du Lun 23 mars 2009

0
lundi 23 mars 2009 posté par philippe Bies dans Actualités

Laisser une réponse