Projet de loi Boutin : une vision dangereuse du vivre ensemble qui va renforcer la crise

Les députés entament mardi l’examen du projet de loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion. A la veille du débat parlementaire, il me semble nécessaire de rappeler combien ce projet, au titre trompeur, met en fait en musique une vision très claire du monde du logement : fragiliser le système pour le casser ensuite. Une lecture globale du texte montre en effet qu’il repose sur deux principes :

– redéfinir le rôle du logement social pour ne le réserver qu’aux plus pauvres. Les ménages modestes et "intermédiaires" n’y auront plus leur place progressivement

– mettre sous tutelle les moyens du 1%. Il s’agit la de faire reposer le budget du logement de plus en plus sur les cotisations des entreprises et des salariés. Cela constitue un véritable hold up de l’Etat qui hypothèque gravement l’avenir des associations à but non lucratif qui gèrent le 1%. Cette volonté est de plus totalement déceonnectée de la réalité économique et sociale que nous vivons.

En clair, la logique sous – jacente de la loi Boutin remet en cause gravement le principe de mixité sociale et l’avenir même du logement social en France

De plus ce texte laisse sous entrendre que les organsimes de logements sociaux ne sont que des "dodus inactifs" qui ne font pas leur métier. Certes, certains organismes sont riches et d’autres, souvent les mêmes, ne construisent pas ou ne réhabilitent pas leurs logements. Mais jeter la suspicion sur l’ensemble des 800 à 900 organismes en France est dangereux. Il ne faut pas oublier que les bailleurs sociaux logent 4,2 millions de ménages et plus de 10 millions d’individus, dont plus d’un quart en Zone Urbaine Sensible.

L’autre sous – entendu porte sur les locataires eux – mêmes. Christine BOUTIN veut faire croire que le parc social est rempli de locataires privilégiés.Les locataires les plus riches visés par le projet de loi sont moins de 10 000 et sont tellement peu nombreux qu’il n’existe pas d’outils statistiques assez précis pour les mesurer !

Voilà l’esprit du texte proposé par Christine BOUTIN : des organsimes qui ne font pas leur travail, des logements occupés par des privilégiés. Alors en effet, pourquoi conserver ce sytème…cqfd !

0
dimanche 25 janvier 2009 posté par philippe Bies dans Actualités, Habitat + Logement

Laisser une réponse