Le budget Habitat et Logement de la CUS en hausse de 23% pour 2009 !

Le dernier Conseil de Communauté de l’année, vendredi, a été l’occasion d’examiner le bubget 2009 de la CUS. Contrairement aux allégations des élus UMP de Strasbourg qui ne sont plus, il est vrai, à un mensonge près, ce budget répond clairement aux attentes de la population et de l’économie de l’agglomération. Pour preuve le budget consacré à l’Habitat et au Logement augmente de 23% par rapport à 2008. Pendant que certains font du vent et parlent de plan de relance, d’autres le mettent en oeuvre concrètement…Voici le texte de mon intervention :

Je souhaiterais d’abord revenir sur la situation du logement dans la communauté urbaine de Strasbourg et les constats qui nous ont incités à faire du logement une priorite :

 

– Un foncier disponible rare et cher,

– Un niveau de construction de logements neufs très insuffisant,

– Une accession à la propriété plus difficile pour les ménages aux revenus moyens,

– Une offre de logements sociaux insuffisante et une augmentation du nombre de demandes non satisfaites (18 000),

– Des loyers et une part du revenu qui doit y être consacrée en constante augmentation,

– Des charges lourdes, conséquence des coûts élevés de l’énergie et d’une politique qui consistait à privilégier la baisse du coût de construction des logements, aux dépens des coûts de fonctionnement,

– De nouveaux besoins qui apparaissent en raison des bouleversements dans la cellule familiale traditionnelle (familles recomposées, personnes isolées, familles monoparentales…).

 

Ces constats sont toujours d’actualité et prennent même un relief particulier dans ce contexte de crise économique qui touche plus particulièrement le secteur de l’immobilier.

 

Je constate d’ailleurs au fil des rencontres que je peux avoir avec les maires dans le cadre de l’élaboration du PLH, et de la définition des objectifs commune par commune, une analyse identique de la situation et une volonté partagée de répondre à de nouveaux besoins liés au vieillissement de la population, à son renouvellement lent, notamment dans les lotissements (avec pour conséquence la fermeture de classes dans certaines écoles).

 

La crise nous incite, plus que jamais, à mener une politique de l’habitat exemplaire et volontaire, car nous touchons là à la fois à la dignité de nos concitoyens les plus modestes et à la santé économique de notre agglomération. 

En effet, en soutenant l’investissement prioritairement dans le domaine du logement, nous contribuerons à relancer une dynamique qui profitera au développement économique et social de l’ensemble de l’agglomération.

 

En attendant l’approbation du 4ème Programme local de l’habitat prévue au courant du 1er trimestre 2009, nous souhaitons créer dès aujourd’hui les conditions indispensables qui permettront d’apporter des réponses sur le long terme, à savoir :

 

Engager la reconstitution de réserves foncières qui est un préalable à toute politique sérieuse de production de logements, notamment de logements locatifs sociaux,

 

→ Soutenir davantage l’investissement des bailleurs sociaux pour la construction et la rénovation du parc public existant.  Ce soutien concernera aussi le parc d’habitat privé,  quand les propriétaires s’engageront à intégrer leur bien dans le parc aidé, pour permettre l’adaptation au handicap ou encore améliorer l’isolation et privilégier la qualité environnementale de l’habitat pour réduire la part du budget des ménages consacrée au logement.

 

Ce premier budget que nous soumettons aujourd’hui à l’examen de l’assemblée communautaire est donc le reflet concret de ce volontarisme en matière de développement de l’Habitat et du Logement. Cette volonté politique, cette priorité, s’articule autour de quatres axes :  

 

„»Nous proposons d’augmenter de 1,5 M€ les crédits dédiés à l’acquisition de réserves foncières pour le logement, ceci dès 2009. Pour mener une politique dont les effets puissent être durables, notre collectivité doit en effet progressivement revenir à une politique foncière ambitieuse au service de son développement.

 

„» Nous renforçons significativement les aides à l’investissement pour la construction de logements sociaux. La création annuelle de logements locatifs sociaux était de 468 unités en moyenne sur la période 2001 – 2008. Cette faible production, accompagnée de nombreuses démolitions dans le cadre des programmes de rénovations urbaines, n’a fait qu’accroitre fortement la tension sur la demande.

 

„»Nous favoriserons l’accélération des programmes de réhabilitations des logements sociaux, en privilégiant la performance énergétique et donc les économies de charge pour les locataires.

 

„» Cette volonté d’une meilleure maîtrise énergétique sera également déclinée dans le parc privé. La Commission Locale d’Amélioration de l’Habitat a approuvé hier le lancement d’un nouveau programme d’intérêt général « Habitat durable » dont le volume budgétisé sera là aussi plus important.

Le détail de ce dispositif sera soumis à l’examen de notre assemblée le 13 février prochain.

 

Au total, pour l’année 2009, les moyens consacrés au logement augmenteront  de 23 % avec 9 M€, contre 7,3 M€ au BP 2008, comme a pu l’indiquer Alain FONTANEL.

 

Au delà du budget de la collectivité largement mis à contribution comme vous pouvez le constater, je souhaite également vous dire que les outils de la collectivité ont été eux aussi largement mobilisé dans cette bataille pour le logement. Ainsi le budget d’investissement d’Habitation Moderne pour 2009 est en augmentation de 48% ; celui de CUS Habitat dont la santé financière s’est largement dégradée ces dernières années malgré une faible production de logements, augmentera néanmoins de près de 16%.

 

Monsieur le Président, mes chers collègues,

 

Je sais sur cette question pouvoir compter sur un large soutien. Je sais aussi que cette politique ambitieuse devra s’accompagner d’un engagement soutenu de notre collectivité et des services communautaires auprès des communes de la CUS.

 

Vous le constatez, dans ce domaine comme dans d’autres, nos orientations sont claires et se traduisent donc clairement dans notre budget dès 2009 et se traduiront tout aussi clairement dans les budgets des années suivantes.

 

Pour finir, je crois que nous avons eu raison de faire du logement une priorité, de décider que la politique à mener dans ce domaine devait être élaborée en concertation avec les professionnels du secteur, les acteurs associatifs et les élus en première ligne, les maires. Pourquoi ? Parce que la mobilisation lancée dès le mois de juillet, dans un contexte à priori plus favorable, le lien que nous avons retissé par ce biais là avec les acteurs du secteur vont, j’en suis persuadé, nous permettre de faire face plus facilement à la crise.  

0
dimanche 21 décembre 2008 posté par philippe Bies dans Actualités, Habitat + Logement

Laisser une réponse