Philippe BIES le pragmatique (Artcile paru dans l’édition des DNA du 5 décembre 2008)

Il n’est pas du genre à vouloir briller sous les projecteurs. Dit-il. Philippe Bies, adjoint du plus grand quartier de Strasbourg, Neudorf, avec ses 40 000 habitants, cultive l’allure simple du gars qui a été élu, bon d’accord, et après ? « Je suis un besogneux plus qu’un communiquant », dit-il, pour signifier qu’il est d’abord un homme de dossiers.

Les leviers de la démocratie
Ou plutôt, un homme de terrain. Philippe Bies laboure consciencieusement son quartier, du nord au sud et de gauche à droite. Élu conseiller général en 2004 dans le canton de Strasbourg-8, en grande partie à la faveur de la bagarre sur le tracé du tram qui a coûté son élection à Geneviève Werlé, Philippe Bies a décidé d’y poser solidement ses valises. Si aux municipales de mars dernier, la gauche a été majoritaire même à Neudorf, on peut y voir le premier signe de l’ancrage de Philippe Bies.



Il sait ce que c’est de perdre une élection : « J’ai déjà été battu », dit-il en faisant allusion à son échec à la fédération du parti socialiste du Bas-Rhin en 2003. Premier secrétaire pendant trois ans, il avait été candidat à sa propre succession. Mais les socialistes l’ont remercié. Il a tiré une leçon de cet échec : garder le contact avec la population -les électeurs !
Depuis qu’il est adjoint de Neudorf, mais aussi adjoint au logement, vice-président de la CUS chargé du logement, dossier stratégique s’il en est, Philippe Bies n’oublie pas cette règle. Il organise régulièrement des réunions de concertation avec les habitants. Mais il n’oublie pas les oubliés du tirage au sort : comme toutes les associations ne sont pas représentées au conseil de quartier, Philippe Bies a pris l’initiative de rencontrer régulièrement les principales associations de Neudorf.
« Il faut utiliser tous les leviers de la démocratie de proximité, dit-il. Autant le conseil de quartier repose sur les habitants, autant il faut que les associations puissent trouver à s’exprimer. Elles ont quelque chose à apporter. »
Dans le droit fil de ces principes, Philippe Bies cultive la concertation et l’on devrait assister dans les semaines qui viennent à un festival de réunions sur les grands projets neudorfois.
La mue de Neudorf
C’est un quartier en plein mouvement. La population change, rajeunit, augmente. Neudorf se « bobo-ise ». Les nouveaux quartiers, le long de la route du Rhin, vont mettre au total près de 500 logements à disposition.

Parmi les projets pour lesquels 2009 devrait être une année déterminante : le gymnase dont rêve le Handball club la Famille, « ce sera fini en 2012, c’est confirmé », la restructuration de l’école Ampère à la Musau, la remise en état du gymnase Ampère, le nouveau centre socioculturel de Neudorf dont le projet sera présenté en janvier au conseil d’administration, la restructuration de l’école Albert-Legrand, un accueil petite enfance au Port du Rhin, peut-être la prolongation du tram… Et la place du Marché à Neudorf. « Il faut redonner une âme à cette place qui va rester le coeur historique de Neudorf »
Après, ce sera le tour de la Ziegelau, de l’entrée nord, de la place de l’Étoile, de la route du Polygone, etc. Tous dossiers pendants et souvent à l’étude sous la précédente municipalité.
Ce n’est pas son genre, dit-il, « de faire des étincelles ». Ce n’est pas nécessaire : il suffit d’être pragmatique et de chercher l’efficacité.
Roger Wiltz
Fin de notre série présentant les adjoints de quartier

Édition du Ven 5 déc. 2008

0
samedi 6 décembre 2008 posté par philippe Bies dans Actualités, En circonscription

Laisser une réponse