Quels enjeux pour le Programme Local de l’Habitat de la CUS

En tant que Vice Président de la CUS, je suis notamment chargé de l’élaboration du 4ème Programme Local de l’Habitat. Son élaboration partenariale (c’est une nouveauté) a été lancée le 11 juillet dernier. Depuis le travail s’est largement enrichi avec les différents ateliers mis en place et les contributions des différents acteurs du monde de l’Habitat. Même si elle a été prononcée avant la crise financière, je mets en ligne l’intervention que j’ai faite à cette occasion. Elle reste évidemment d’actualité. Le contexte économique et social exigera cependant un volontarisme plus affirmé encore de la colectivité.

Il m’appartient, avant que nous entamions nos travaux en ateliers, de rappeler les enjeux principaux qui devront présider à l’élaboration de ce 4ème PLH.

 

Permettez moi avant cela de procéder à quelques remerciements.

 

         Tout d’abord, à l’ADEUS qui vient de nous présenter les grandes lignes de diagnostic, fruit d’un travail important ces dernières semaines. J’en profite pour dire mon souhait de voir l’ADEUS jouer un rôle de facilitateur, tant dans l’élaboration que dans la mise en œuvre du PLH. En effet son savoir faire nous sera précieux tant en matière d’ingénierie territoriale que pour la nécessaire articulation de nos projets urbains, de nos documents d’urbanismes (PLU) et des outils fonciers.

 

         Remerciements également à l’équipe qui travaille autour de nous notamment au sein de la DDU. Sa mobilisation a permis que ces premières rencontres se déroulent dans de bonnes conditions, moins de 4 mois seulement après le changement d’équipe.

 

         Merci enfin à vous toutes et tous qui êtes venus si nombreux pour confronter vos points de vue, échanger vos idées, apporter votre savoir faire

 

 

Face aux attentes multiples de nos concitoyens, les enjeux de ce 4ème PLH sont évidemment nombreux et feront l’objet de développement plus large dans les ateliers d’ici quelques minutes. Je vais donc me limiter à ceux qui nous semblent devoir être prioritaires :

 

         la gouvernance

         la mobilisation et la maîtrise du foncier

         la qualité environnementale de l’Habitat

         le rétablissement du parcours résidentiel

 

 

( la gouvernance )

 

Dans ce domaine comme dans les autres, la méthode proposée est déterminante.

 

Dialogue, négociation, partenariat, innovation : voilà les piliers qui gouverneront l’élaboration mais aussi la mise en œuvre de ce PLH. Nous souhaitons, avec Roland RIES et Jacques BIGOT tendre vers la « ville négociée », vers une agglomération où partant d’une stratégie élaborée en commun nous pourrons pratiquer la co – production.

 

Cette volonté devra se traduire dans toutes les étapes du travail collectif qui nous attend dans les prochains mois mais aussi dans le suivi du PLH qui sera adopté par la Communauté Urbaine à la fin de l’année 2009.

 

C’est dans cet esprit aussi qu’il me semble nécessaire de réfléchir dès à présent à la mise en place à partir de 2010, d’une Conférence permanente  de  l’Habitat, qui régulièrement permettra – sous l’égide de la collectivité – aux différents acteurs de se retrouver.

 

Je suis en effet convaincu que seule la mise en œuvre concrète de nouveaux dispositifs et de nouvelles pratiques contribuera à construire et à consolider une agglomération durable qui saura anticiper les évolutions.

 

 ( la mobilisation et la maîtrise du foncier)

 

Autre défi sans quoi rien ne sera possible : la maîtrise et la mobilisation du foncier. Le foncier est devenu une variable d’ajustement de l’habitat. Nous devons tout mettre en œuvre pour en faire un élément plus fiable : c’est une question centrale dans la stratégie de développement de l’agglomération

 

         Il appartiendra évidement à la collectivité de travailler à la mise en œuvre d’une politique foncière volontaire permettant la reconstitution de réserves destinées à l’urbanisation future de l’agglomération

 

         Il nous faudra également rapidement organiser la mobilisation du foncier disponible dans une démarche transparente et partenariale qui implique la collectivité mais également les promoteurs et les bailleurs sociaux.

 

De ce point de vue, je suis très surpris de la faiblesse, à quelques exceptions prêts, du partenariat entre les promoteurs et les bailleurs, quand d’autres grandes agglomérations la production de logements repose principalement sur les ventes en VEFA par exemple.

 

Il s’agit pourtant d’une solution tout à fait adaptée à l’urgence sociale que constitue le logement mais aussi à la production de logements diversifiés dans toutes les communes de l’agglomération. C’est également un facteur d’équilibre social, y compris dans les opérations de rénovations urbaines qui par ailleurs impactent fortement la politique de l’habitat de notre agglomération et qui devront, à ce titre, trouver toute leur place dans nos débats

 

Pour finir sur ce point je crois pouvoir dire que nous savons aujourd’hui qu’il n’y aura pas de politique de l’habitat sans une politique foncière à la fois régulatrice des usages mais aussi des prix.

(La qualité environnementale de l’habitat)

 

Il faudra également aménager mieux afin d’économiser l’espace, d’offrir une qualité durable à tous les logements. Il s’agit la d’un autre enjeu majeur : celui de la qualité environnementale véritable fil rouge de nos travaux.

 

Deux points particuliers sur cette question :

 

         la nécessité absolue de coordonner l’urbanisation et les transports publics

         l’importance de produire des logements neufs performants et économes en énergie, d’agir sur la remise à niveau du bâti existant. Il y a là un levier important pour nos concitoyens en terme de pouvoir d’achat. Je souhaite là encore que nous puissions avec les promoteurs, les entreprises, les maîtres d’œuvre, las bailleurs et les usagers travailler ensemble à l’élaboration d’un cahier des charges qui pourrait à terme servir de référence pour tous.

 

(Rétablir le parcours résidentiel)

 

Dernière des priorités que je vais aborder brièvement et qui pourtant est sans doute la plus sensible aujourd’hui : le rétablissement du parcours résidentiel.

 

Face à une demande croissante, à une précarité qui ne cesse d’augmenter, il nous faudra impérativement parvenir à mieux diversifier l’offre de logement : de l’hébergement d’urgence à l’accession à la propriété, qu’elle soit sociale ou pas.

 

Pour ne prendre qu’un exemple, il y a aujourd’hui des personnes susceptibles de sortir du dispositif d’hébergement d’urgence qui y restent bloqués faute de trouver le logement adapté à leur situation.

 

Autre exemple à l’autre bout de la chaîne : il y a aujourd’hui un potentiel d’accédant à la propriété qui ne peut franchir le pas faute de produits adaptés en terme de prix disponibles sur le marché.

 

Aujourd’hui certains maillons de la chaîne qui constituent le parcours résidentiel sont brisés. A nous de bien les identifier pour adapter nos orientations et notre programme d’actions.

 

Mesdames, Messieurs, un mot encore sur une nouveauté dans l’élaboration et la mise en œuvre de ce nouveau PLH : pour la 1ère fois il sera territorialisé. C’est un enjeu majeur, ce doit être un gage de performance et d’efficacité.

 

Cela signifie que nous serons amené à définir sur chacun des 28 territoires communaux de la CUS, ou dans chaque « bassin de vie » des objectifs tant quantitatifs que qualitatifs, mais aussi le niveau de diversité des opérations programmées.

 

Il nous faudra en quelque sorte territorialiser l’intérêt général.

 

 

En guise de conclusion, permettez moi de citer Edmond HERVE qui a été Maire de Rennes jusqu’au mois de mars dernier, et qui fut un pionnier en matière d’habitat dans l’agglomération rennaise. Il disait récemment :

 

« Ce qui est important dans un PLH, c’est le passage du dire au faire, véritable épreuve de vérité et de proximité »

 

 

Je formule le vœu qu’à partir d’aujourd’hui, nous fassions le pari de travailler ensemble pour affronter le mieux possible cette « épreuve de vérité et de proximité » pour permettre le développement d’une agglomération durable et solidaire.

 

 

0
lundi 10 novembre 2008 posté par philippe Bies dans Actualités, Habitat + Logement

Laisser une réponse